Pédagogies, coopération et partages

Depuis 2014-2015, l’innovation est un sujet d’intérêt et d’attention pour moi. Je m’y intéresse dans de nombreux domaines, essentiellement liés au monde de l’entreprise.

Cet intérêt m’a conduit, par rebonds, à découvrir le co-design et le vaste domaine de l’intelligence collective, domaines dans lesquels je suis ou ai suivi deux formations (la deuxième étant en cours).

En tant que zèbre et papa de deux ados zébrés j’ai par ailleurs été conduit à m’intéresser à des approches d’éducation différentes, plus adaptées à ces personnages étranges. J’ai découvert des écoles et des modalités éducatives modernes, fondées sur une plus grande autonomie des enfants dans leurs apprentissages, des approches beaucoup plus ancrées dans les pratiques, les observations, la kinesthésie, le mouvement. J’ai trouvé ça moderne et enthousiasmant, regrettant de ne pouvoir ouvrir ces portes-là à mes gamins.

Dans les années qui ont suivi j’ai vu beaucoup d’engouement pour des écoles différentes, pas nécessairement pensées pour des enfants précoces, mixant des pédagogies « modernes » comme Montessori, Freinet, et d’autres.

Enter the BookScanner

En décembre 2014, à l’occasion de soirées organisées par l’association La Quadrature du Net j’ai découvert le « book scanner », bel engin à la structure de bois dont la manipulation évoque une sorte de métier à tisser. Cet engin permet de numériser des livres anciens, puis d’initier un traitement des pages ainsi numérisées pour produire des livres électroniques.

J’avais très envie de jouer avec cet objet fascinant, de comprendre la chaîne de traitement numérique permettant de transformer ces photos en livre électronique et, enfin, je trouvais géniale l’idée de reverser à la communauté des savoirs ainsi diffusables.

Il me restait à trouver un livre pour tester tout ça. J’ai bien de vieux livres qui sont à coup sûr entrés dans le domaine public depuis bien longtemps mais j’ai pensé aux livres écrits par ma grand-mère, assuré d’avoir l’accord des ayant-droits. J’étais sûr qu’elle et mon grand-père auraient été fascinés par l’objet et par la démarche.

J’ai donc passé une chouette soirée à numériser toutes les pages, puis pas mal d’heures à apprendre comment faire fonctionner les différents logiciels me permettant de produire les fichiers.

Freinet si tu savais

La première conséquence de cette histoire, c’est que je me suis dit que c’était l’occasion de lire, enfin, ce livre. Bizarrement, celui-là, je ne l’avais jamais lu. Sans doute parce que j’ai beaucoup entendu parler de ce dont il traite et que je devais penser ne pas avoir besoin d’en savoir plus.

Je l’ai lu, et là, j’avoue que j’ai été décoiffé.

« Souvenirs de la Maison de Verre » a été publié en 1978.
Ma grand-mère, Simonne Lacapère, y évoque son activité de directrice de l’Ecole de Plein Air de Suresnes pendant une vingtaine d’années. Ce livre de mémoires décrit ses activités et le fonctionnement de l’école et les approches éducatives mises en œuvre.

Dans le fond, je n’ai rien appris d’essentiel sur ces sujets, ayant été nourri par l’histoire familiale, ayant questionné ma grand-mère aussi, quand j’étais môme et ado.
Cependant, en lisant ce récit à ce moment de ma vie, j’ai été frappé de voir à quel point ces méthodes pédagogiques et le fonctionnement de l’école étaient si modernes, à l’époque déjà, et à quel point elles le seraient encore aujourd’hui.

Moderne depuis quelques décennies… and counting..

J’ai été très amusé d’y retrouver aussi toutes ces pratiques du « co », de l’intelligence collective, du collectif tout court, maintenant au cœur de ma vie professionnelle.

Ainsi, l’école de plein air privilégiait les enseignements basés sur l’observation, la pratique, la manipulation, mêlait les « matières ».
Cette pédagogie basée sur l’expérience, l’immersion, qui se développe beaucoup aujourd’hui, et que j’ai pour ma part principalement découverte avec le D.U. Intelligence Collective et le Diplôme Codesign, est centrale dans les approches de cette école.

L’école de plein air disposait aussi de modalités de gouvernance partagée, limitées certes, mais résolument modernes entre 1950 et 1974 dans un établissement scolaire.

Je suis convaincu qu’aujourd’hui encore, ces pratiques pédagogiques comme ces pratiques collaboratives sont toujours modernes, avant-gardistes, dans le paysage éducatif actuel

Non seulement c’est encore moderne, mais je retombe dans ce récit vieux de 40 et quelques années sur mes (pré)occupations du moment.

Il m’a fallu quelques années après la numérisation et après cette prise de conscience, pour prendre le temps d’écrire ces lignes, dont l’objectif est simple : partager, donner à voir, enrichir.
Aujourd’hui je voudrais partager, permettre de découvrir ce récit, qui mêle une modernité totale à des considérations qui ont plus vieilli.

Concrètement…

Concrètement, ce livre (par ailleurs disponible contre argent sur de nombreuses plateformes, au titre d’un projet visant à faire revivre de vieux livres) est téléchargeable ici gratuitement avec l’accord des ayants-droits

Le texte proposé a été obtenu par reconnaissance des caractères (OCR) et la police d’origine n’est pas toujours idéale. Il reste donc des coquilles, que vous pardonnerez. Je serai ravi de corriger à mesure que je trouverai et que l’on me signalera de telles coquilles.

Le téléchargement est libre pour un « usage » non commercial.
Deux formats sont disponibles, via les liens correspondants : ePub et DJVU.
Le premier est plus pratique, le deuxième plus beau.

Quelques lectures complémentaires :

Un épisode de La Marche de l’Histoire consacré à Freinet, dont les méthodes ont contribué à nourrir la pédagogie de l’école de plein air de Suresnes, avec d’autres, et avec qui mes grand-parents avaient eu des échanges.

A texte à propos des communautés éducatives, et de la Bastide de Beau-Soucy, dirigée par mes grand-parents jusqu’en 1949

Les fiches biographiques de ma grand-mère Simonne et mon grand-père Jacques dans le Maitron, dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social

0 comments on “Pédagogies, coopération et partagesAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *