La meilleure façon de prédire l’avenir

La meilleure façon de prédire l’avenir c’est de publier un communiqué de presse

Cette phrase n’est malheureusement pas de moi, j’aurais aimé la trouver, c’est Audrey Watters qui l’a écrite.
Audrey Watters est une spécialiste de l’histoire du futur de l’éducation. Cette histoire est faite de prévisions, prédictions, incantations, et pour l’essentiel d’âneries.

Cette spécialise, est globalement très critique des « ed-techs », les technologies de l’éducation, qui nous promettent les changements radicaux dans la façon d’apprendre, dans le métier des enseignants, dans le milieu des écoles et universités, qu’elle ne cesse de remettre à leur place.

Celle qui est surnommée « Cassandre des ed-techs » livre dans cette conférence une réflexion pour le moins sévère des prévisions sur les tendances à venir, qu’elles viennent des Gartner ou autres spécialistes du milieu comme Horizon Report, en démontant assez joyeusement les méthodologies utilisées, ou l’absence méthodologies, l’absence de suivi, de mise en perspective. Et puis, surtout, elle interroge l’utilité de ces études, qui paraissent d’abord servir de justification à des prises de décisions et à beaucoup de manque de travail de fond et de réflexion.
Quand les prévisions, parfois incantations, viennent de la Silicon Valley, elles paraissent alors devenir un outil servant à façonner le futur. Martelées, reprises par tous, jusqu’à ne plus interroger la source, la méthode, le sérieux, on en vient ainsi à élaborer des programmes collant à ces prévisions, rapprochant ainsi artificiellement la réalité de la prédiction.

Pour avoir moi-même repris certains éléments de ce type, et même certaines des affirmations séduisantes reprises dans cette conférence dans le cadre de travaux, je trouve particulièrement intéressante cette mise en perspective acide qui rappelle qu’on oublie trop facilement de raisonner avant de répéter.

A lire intégralement (en anglais) : Conférence « The Best Way to Predict the Future is to Issue a Press Release » de Audrey Watters, 02/11/2016, Virginia Commonwealth University.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *